Ateme et THEO Technologies collaborent pour réduire la latence et améliorer les performances

Accueil / Blog / Ateme et THEO Technologies collaborent pour réduire la latence et améliorer les performances

watermarking

Le streaming vidéo OTT étant désormais la technologie la plus populaire pour diffuser du contenu vidéo aux téléspectateurs, certains défis subsistent. Et pour certains téléspectateurs de la Coupe du monde 2022, la latence prolongée, par rapport aux technologies traditionnelles de distribution vidéo (DTH, DTT, IPTV), a probablement été le plus important.

Au cours des dernières années, Ateme et THEO Technologies ont collaboré pour résoudre ce problème. Ensemble, ils travaillent à réduire la latence du streaming OTT sur n’importe quel appareil, y compris les téléviseurs connectés.

Les problèmes de latence 

Le streaming vidéo OTT est une technologie remarquable. Il est disponible sur tous les écrans du marché dans un environnement fixe ou mobile. Il s’agit notamment du téléphone mobile, de la tablette, de l’ordinateur, de la console de jeu, du décodeur et de la télévision connectée. De plus, il permet la diffusion de vidéos via toute connexion internet standard, en s’appuyant sur le protocole http. Et il a la capacité de s’adapter à la bande passante disponible sur le réseau.

Mais cette flexibilité a un prix. La segmentation et le packaging de la vidéo nécessaires pour permettre le streaming OTT et les mécanismes de mise en mémoire tampon des lecteurs génèrent une latence importante. En général, il faut entre 40 secondes et une minute entre l’entrée de l’encodeur et l’arrivée sur l’écran du spectateur. C’est au moins 35 secondes de plus que les réseaux de diffusion traditionnels. C’est encore pire si on le compare aux messages en temps réel sur les médias sociaux pendant le match.

Les téléspectateurs exigent une expérience de haute qualité en temps réel

Les téléspectateurs attendent de leur expérience vidéo qu’elle soit nativement multi-écrans afin de pouvoir regarder du contenu n’importe où. Ils veulent également une qualité vidéo élevée et une expérience audio immersive. Mais ils souhaitent que tout cela se fasse avec une latence au moins égale à celle de la diffusion par des réseaux broadcast traditionnels (DTT ou DTH) et aussi proche que possible du temps réel.  

Les téléspectateurs ne se préoccupent pas de la technologie de distribution (OTT ou broadcast) utilisée pour diffuser la vidéo. En revanche, ils se soucient de leur propre expérience utilisateur, qui peut être gravement compromise par une latence plus élevée. Leur principale préoccupation est « l’effet spoiler » qu’ils subiront en regardant un match. Il n’y a rien de pire que d’entendre les voisins applaudir un but alors que rien ne se passe encore sur son propre écran.

Par conséquent, lorsque vous échangez avec vos amis au sujet du match sur les médias sociaux, il est essentiel que la latence soit aussi proche que possible du temps réel.

Quelles sont les principales préoccupations des fournisseurs de services ?

Comme déjà mentionné, une latence plus élevée génère cet effet de spoiler, qui nuit à la qualité d’expérience des téléspectateurs.

Certains fournisseurs de services distribuent également leur contenu sur plusieurs types de réseaux — par exemple, par satellite et OTT. Et ils doivent s’assurer que la latence soit alignée à travers les réseaux.

Plus la latence est faible, mieux c’est. Mais il faut aussi que le système puisse s’adapter aux contraintes de diffusion à des millions de téléspectateurs simultanés tout en minimisant l’effet de rebuffering. En effet, ce dernier a également un impact négatif sur la qualité d’expérience des téléspectateurs.  Enfin, la diffusion du contenu doit continuer à offrir les avantages du streaming OTT traditionnel :

  • Protéger le contenu avec des DRM certifiés, avec la possibilité d’utiliser différentes clés sur différents profils.
  • Partager le contenu multimédia entre HLS et DASH lors de la diffusion de contenu en continu afin de minimiser la bande passante.
  • Proposer plusieurs pistes audios et des sous-titres pour tous les protocoles de streaming.
  • Mettre le contenu à disposition dans la résolution maximale (jusqu’à 4K). Cela inclut le support des codecs vidéo les plus à jour (H.264, H.265 et bientôt H.266), du HDR ainsi que des codecs audio de nouvelle génération (NGA).

Comment Ateme et THEO peuvent-ils contribuer à réduire la latence ?

La réduction de la latence améliore incontestablement l’expérience du téléspectateur en empêchant cet effet de spoiler. Pour les plateformes OTT, c’est un facteur de différenciation important. Et se rapprocher du temps réel peut les aider à attirer de nouveaux clients. 

THEO Technologies 

Au cours des dix dernières années, THEO s’est fortement impliquée dans l’optimisation de la lecture vidéo à faible latence avec THEOplayer. Il s’agit d’un lecteur vidéo premium pour les principales entreprises de média et de divertissement. En 2016, THEO travaillait déjà sur un lecteur vidéo pour le protocole LHLS de Periscope. Ils ont mis en service des clients utilisant LL-DASH en 2018. Plus tard en 2020, THEOplayer a été le premier lecteur vidéo commercial à prendre en charge la spécification d’Apple pour le streaming LL-HLS. THEOplayer fournit une lecture vidéo de qualité à faible latence par le biais de :

  • Prise en charge de la faible latence à travers plusieurs plateformes. Cela garantit que la faible latence est disponible sur un très large éventail d’appareils, notamment les smartphones, les tablettes, les navigateurs Web, les décodeurs, les consoles de jeux et les téléviseurs intelligents — même certains modèles anciens.
  • Algorithmes ABR optimisés pour des flux à faible latence sur ces appareils. Il en résulte une qualité d’expérience optimale pour les téléspectateurs, même en cas de conditions de réseau variables.
  • Compatibilité avec les fournisseurs de codage/emballage. Ceci est possible grâce à l’outil de test interne de THEO, qui compte plus de 100 appareils connectés, utilisés pour tester en permanence les flux de laboratoire et les flux des clients.
  • Insertion publicitaire optimisée en combinaison avec le DRM pour un streaming en direct à faible latence. Cela garantit des transitions fluides lors du passage d’un contenu clair à un contenu protégé.

Ateme 

Ateme est un contributeur clé du streaming OTT depuis plus de 10 ans. En effet, en 2018, Anevia (rachetée par Ateme en 2020) a été parmi les premiers à proposer une solution pour le streaming à faible latence.

La solution initiale consistait à créer la capacité d’encodage et de packaging ABR à faible latence en DASH uniquement (c’est-à-dire principalement compatible avec les appareils Android). Elle a été suivie en 2020 par une solution équivalente en HLS (pour les appareils Apple). 

Aujourd’hui, Ateme propose une solution complète pour le streaming à faible latence comprenant :

  • Transcodage en direct à plusieurs débits basé sur la gamme d’encodeurs et transcodeurs TITAN. Les profils les plus élevés peuvent être en UHD avec une résolution allant jusqu’à 4K, y compris la prise en charge de plusieurs codecs vidéo, des formats HDR et des technologies NGA.
  • Packaging juste-à-temps DASH à faible latence (LL-DASH) et HLS à faible latence (LL-HLS) basé sur la solution NEA. Les fonctions de packaging comprennent la prise en charge des derniers codecs vidéo et audio (et échelle mixte) ainsi que des technologies de cryptage DRM. Les fonctionnalités les plus récentes comprennent également la prise en charge de la technologie byte-range pour HLS ainsi que des capacités d’ingestion CMAF (avantages décrits ci-dessous).
  • Des solutions CDN hautement évolutives et flexibles basées sur la solution CDN NEA pour une distribution vidéo efficace avec des capacités d’équilibrage multi-CDN. Cette solution comprend des fonctionnalités clé pour une faible latence, telles que l’encodage de transfert de bloc et la prise en charge de HTTP/2.

Cette solution a fait ses preuves sur le terrain et a été utilisée par plusieurs clients d’Ateme pour distribuer le contenu de la Coupe du monde 2022 à des millions d’utilisateurs.

La mission conjointe de THEO Technologies et Ateme pour améliorer la satisfaction des clients

En combinant la plateforme de diffusion vidéo Ateme, composée de transcodeurs TITAN et de solutions de packaging et de CDN NEA, avec THEOplayer, il est facile de disposer d’une solution entièrement pré-intégrée qui réduit la latence de bout en bout à moins de cinq secondes (ce qui est comparable, voire inférieur, à la latence de la télédiffusion classique) et la rend disponible sur tout type d’appareil.

TITAN peut encoder une vidéo en plusieurs profils, jusqu’à 4K, en moins de deux secondes. NEA peut packager cette chaîne en LL-DASH et LL-HLS en moins d’une seconde. Et THEOplayer aura besoin d’un maximum de deux secondes de mise en mémoire tampon avant d’afficher le contenu sur l’écran du téléspectateur (le CDN a un faible impact, généralement inférieur à 200 ms).

Pour une intégration harmonieuse, un processus de validation a été mis en place afin de garantir que les dernières versions des logiciels Ateme et THEO sont entièrement compatibles.

THEOplayer garantit également que la faible latence est disponible sur un très large éventail d’appareils – sur tous les types de smartphones et de tablettes (iOS/Android), ainsi que sur divers navigateurs web, décodeurs et consoles de jeux. Il permet également une faible latence sur les téléviseurs connectés ou les téléviseurs intelligents — même certains modèles anciens — grâce à une compatibilité étendue avec un large éventail de modèles et leurs OS embarqués (Tizen, WebOS, AndroidTV, FireTV, Chromecast, Apple TV, Roku, Vizio, HiSense, etc.).

Cette dernière catégorie est particulièrement importante. Dans un environnement technologiquement fragmenté, il est souvent difficile pour les plateformes OTT de garantir la disponibilité des dernières fonctionnalités, y compris une latence plus faible. C’est également essentiel pour l’expérience de visionnage, car de plus en plus de téléspectateurs apprécient de regarder des contenus OTT premium sur des écrans plus grands. Ceci reflète la solution standard d’aujourd’hui, déjà en production.

Sur quoi travaillons-nous actuellement ?

Ateme et THEO travaillent actuellement sur des améliorations et de nouvelles fonctionnalités, notamment :

  • Réduire de moitié le trafic CDN pour tirer profit de cette faible latence tout en améliorant l’efficacité du réseau. Pour y parvenir, nous validons actuellement une architecture  faible latence complète (de bout-en-bout) comprenant le partage des « chunks » entre LL-DASH et LL-HLS grâce au format média CMAF, la technologie byte-range pour HLS, les sous-titres IMSC1 et le cryptage CBCS.
  • Réduction de la latence à deux secondes, tout en continuant à utiliser les standards LL-DASH et LL-HLS, en optimisant davantage les différentes étapes génératrices de latence (encodage, packaging, mise en mémoire tampon).
  • La combinaison d’une faible latence avec l’insertion publicitaire dynamique (DAI), pour créer de meilleures opportunités de monétisation lors d’événements en direct très convoités. Techniquement, cela a un impact sur le packaging et la manipulation des manifestes (Ateme) ainsi que sur le suivi des publicités (aka beaconing) pour les statistiques de consommation du côté du joueur (THEO).

Collaborer pour réduire la latence 

Ces dernières années, Ateme et THEO ont collaboré en mettant l’accent sur la réduction de la latence. Il s’agissait d’un point sensible que nos clients communs étaient impatients de résoudre. Au cours de cette période, nous sommes heureux d’avoir atteint une latence d’un niveau équivalent à celui de la télédiffusion classique et nous prévoyons de poursuivre cette collaboration fructueuse. Nous allons combiner les efforts de nos équipes d’innovation et visons à réduire encore la latence à deux secondes, tout en améliorant l’efficacité du réseau et en augmentant les possibilités de monétisation grâce aux publicités personnalisées. Nous continuerons également à nous concentrer sur l’expérience utilisateur afin de définir ce qui deviendra probablement les normes du streaming OTT dans l’année à venir.