Spotlight on Nagra

Watermarking : Sécuriser les flux sportifs et protéger les profits

Accueil / Blog / Watermarking : Sécuriser les flux sportifs et protéger les profits

watermarking

Le watermarking permet de protéger ce qui est peut-être l’un des actifs les plus précieux des fournisseurs de services de streaming.

Le contenu sportif de première qualité nécessite des investissements importants et constitue un outil clé pour l’acquisition et la fidélisation des spectateurs et abonnés. Et comme les amateurs de sport exigent un accès par le biais de différents types d’appareils, les services de streaming OTT sont aujourd’hui la norme. Pourtant, la concurrence inéquitable des services pirates peut mettre en péril des modèles économiques bien équilibrés.  Les pirates capturant des vidéos à partir de la sortie d’appareils ouverts tels que les PC, les tablettes et les consoles de jeu, il faut construire des défenses. C’est pourquoi Ateme et NAGRA ont collaboré pour concevoir une solution pré-intégrée avec watermarking dans l’encodeur et le packageur.

Le watermarking côté serveur permet de résoudre ce problème, sans compromettre les performances ou la latence, et sans restreindre l’évolutivité. Plus précisément, lorsque des contenus sportifs exclusifs sont redistribués de manière illicite via des services pirates, la technologie de forensic watermarking peut aider à identifier la source de la fuite. Ces informations sont ensuite utilisées pour formuler un plan sur la manière et le moment de perturber l’activité des pirates.

Comment Ateme et NAGRA protègent du partage illicite de contenu sportif

Ateme a travaillé en étroite collaboration avec NAGRA pour pré-intégrer la solution de watermarking pour vidéo NexGuard de NAGRA dans les solutions de transcodage TITAN et de conditionnement NEA d’Ateme.  Les flux HLS et DASH qui en résultent sont ensuite livrés en périphérie du CDN avec un watermarking unique sur une base de session de fluxLa solution est compatible avec les principaux services CDN mondiaux et avec les technologies CDN déployées dans les réseaux des opérateurs.

Cette solution fournit un flux vidéo filigrané unique à un client donné, sans impact sur la latence ou la capacité de diffusion. Un  suivi minutieux est possible grâce au watermarking vidéo imperceptible contenu dans les variantes A et B des segments vidéo (voir figure 1).  Les marques cachées sont ajoutées à la vidéo par l’encodeur. N’importe quel codec vidéo peut être utilisé (par exemple, H264, HEVC, ou VP9, AV1 et VVC à l’avenir) et le contenu peut être diffusé en HLS ou DASH, encrypté avec un DRM. L’extraction du watermarking d’une vidéo pirate est un processus automatisé, fourni comme un service par NAGRA.

Watermarking vidéo NAGRA pour les événements linéaires OTT et en direct

Les variantes A et B de la vidéo sont filtrées en plein écran et dans toutes les images avec NexGuard, et sont automatiquement détectées à partir des vidéos pirates. De plus, la séquence A/B est résistante aux attaques de collusion intentionnelles des pirates. La dénomination des segments vidéo par le packager Ateme permet un traitement « stateless » à la périphérie du CDN — c’est-à-dire que différents segments peuvent être traités à la périphérie du CDN, indépendamment de leur position dans le flux — afin de fournir une séquence unique de segments par session de streaming.

Figure 1 : Watermarking évolutif basé sur la session à la périphérie du CDN

Les équipes de surveillance du piratage peuvent soumettre n’importe quel extrait de vidéo pirate (généralement d’une durée de cinq minutes) pour une détection automatisée, et la détection de nombreux flux différents peut se faire simultanément. Le processus de détection ne nécessite aucune information sur la façon dont la vidéo a été initialement préparée pour le watermarking et encodée pour la diffusion OTT, même si la vidéo pirate a une fréquence d’images, une résolution, un débit binaire, etc. différents de ceux du flux légitime.

Figure 2 : Détection de l’ID du filigrane dans une vidéo pirate

Cela signifie que les équipes de lutte contre le piratage peuvent scanner simultanément de nombreuses chaînes sur de nombreux services pirates. Une fois que la source d’une vidéo pirate est identifiée, plusieurs types d’actions peuvent être entrepris. Il peut s’agir de l’envoi de lettres de cessation et d’abstention, de la collecte de preuves en vue d’une action en justice ou de la fermeture des sessions de streaming du compte du pirate.

Le forensic watermarking n’est qu’une des solutions de NAGRA pour se protéger contre le piratage du streaming. Grâce à son cadre holistique de protection active du streaming, NAGRA offre également aux opérateurs de services vidéo des solutions comprenant l’authentification des appareils ou la gestion des sessions sécurisées pour limiter le partage des comptes et renforcer la sécurité des services OTT.

Encodage et packaging d’Ateme

Avec la solution de watermarking vidéo NexGuard de NAGRA complètement intégrée aux encodeurs TITAN et aux packageurs NEA d’Ateme, les fournisseurs de contenu et de services bénéficient d’une solution complète de bout en bout pour traiter et diffuser leurs vidéos en toute sécurité, sur n’importe quelle plateforme. La solution combinée s’accompagne également d’une feuille de route qui ouvre la voie aux technologies de pointe — permettant par exemple une faible latence et un déploiement dans le cloud, ainsi que les codecs vidéo les plus avancés.

Grâce à cette intégration, les services de télévision payante pur OTT, D2C et multi-écran peuvent facilement renforcer leur capacité à lutter activement contre le piratage et à attaquer de front leurs concurrents illégaux.

Pour en savoir plus sur le traitement et la diffusion de vidéos à faible latence sur n’importe quelle plateforme, rencontrez Ateme à l’IBC sur le stand 1.D71.

Pour en savoir plus sur la solution de forensic watermarking NexGuard ou sur le cadre plus large de la protection active du streaming, rencontrez NAGRA à l’IBC sur le stand 1.C81 ou explorez nos solutions de watermarking en ligne.